Le bilinguisme est un sujet souvent abordé dans notre société moderne. Au fil des années, il devient très important d’en parler, dans un monde où les gens connaissent deux, trois ou même quatre langues. Il est fort à propos de se demander comment, en tant que parent, il est possible de soutenir nos enfants dans l’apprentissage d’une ou de plusieurs langues secondes.

Dans de nombreux cas, les parents choisiront l’apprentissage de deux langues de front : l’un d’eux parlera en français à la maison, alors que l’autre s’exprimera en anglais, par exemple. Les études les plus récentes montrent que cette façon de procéder est bonne, mais n’est pas essentielle pour que l’enfant apprenne deux langues, même s’il s’agit d’un enfant démontrant un retard de langage. Ce qui est réellement essentiel, c’est l’interaction à laquelle participe l’enfant dans chacune des langues. À partir du moment où l’enfant entend suffisamment de français et d’anglais dans une journée, on peut s’attendre à ce qu’il comprenne et se mette graduellement à parler les deux langues. Bien sûr, il est recommandé que chacun des parents utilise la langue dans laquelle il se sent à l’aise. Le point à retenir, c’est de parler sans cesse à l’enfant, de lui décrire ce qui se passe autour de lui et ce qu’il fait. Le parent est en quelque sorte le narrateur de la vie de l’enfant.

En cours d’apprentissage, l’enfant peut sembler mélanger les deux langues ou préférer l’une d’elles. Ces phénomènes ne devraient pas vous inquiéter. Par exemple, notre fils de 21 mois utilise actuellement davantage de mots français qu’anglais, et il combine occasionnellement les deux langues. Ainsi, il demande parfois « more lait ». Afin qu’il entende la bonne production, je lui reformule alors son énoncé par « You want more milk » ou encore « Tu veux encore du lait ». L’important est de lui faire entendre régulièrement des phrases bien structurées dans chacune des langues.

Vers l’âge de deux ans, l’enfant commencera à comprendre qu’il a affaire à deux langues, qu’il rencontre des mots qui veulent dire la même chose mais dans des langues différentes. Il sentira qu’il est préférable de s’exprimer avec telle langue pour parler à sa grand-maman et avec telle autre langue quand il est avec sa gardienne. À mesure qu’il grandit, on peut s’attendre à ce qu’il puisse comprendre et utiliser facilement les deux langues. À l’âge scolaire, des leçons de grammaire permettront à l’enfant de saisir de manière plus concrète les structures de phrases et les temps de verbes dans les deux langues. Ces cours sont fortement recommandés. De même, aborder avec lui la phonologie de chacune des langues lui donnera un bon coup de main pour l’apprentissage de la lecture et de l’orthographe des mots.

Si vous croyez déceler des difficultés d’apprentissage dans l’une des langues ou les deux à la fois, n’hésitez pas à demander l’aide d’un professionnel qui est à l’aise avec le bilinguisme. Pour que l’on considère que l’enfant a un réel trouble de langage et non un simple retard, il faut que les difficultés soient présentes dans les deux langues. Il est parfois difficile de savoir si l’enfant a appris sa langue seconde de manière séquentielle, mais un professionnel saura vous offrir des trucs et conseils afin de faciliter l’apprentissage et le développement des langues chez votre enfant. Et vive le bilinguisme!

Danielle Ducharme, orthophoniste.

Commentaires